ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Tourisme et Loisirs : des Agents de co-construction du monde par processus d'interculturation.

De la transformation des pratiques aux enjeux de développement durable des territoires


HDR de Sylvine PICKEL-CHEVALIER (ESO Angers) soutenue en Décembre 2018 à l'Université d'Angers
Direction :
  • Philippe VIOLIER, 


La préparation d’une Habilitation à Diriger des Recherches constitue un moment important dans la vie d’un enseignant-chercheur, car elle permet d’une part, une introspection relative à ses engagements au sein d’une UFR et d’une université articulant enseignants, responsabilités de formations, directions d’échanges internationaux et recherches ; et d’autre part, une prise de recul par rapport à l’évolution de sa pensée scientifique, permettant d’identifier plus clairement son positionnement, mais aussi de définir ses projets de recherche à venir.

Le volume 1 de mon HDR, consacré à la position et au projet scientifique, conserve cette logique de mise en perspective, en s’amorçant par une réflexion épistémologique sur la géographie, confrontant mes douze années d’expérience de géographe, aux théories de la discipline, en revenant sur ses évolutions conceptuelles et méthodologiques. Cette démarche m’est apparue fondamentale, à ce moment charnière de l’HDR, qui se définit simultanément comme un temps de bilan de ses travaux en tant que Maître de Conférences, et d’ouverture vers des responsabilités à venir de Professeur des Universités.

J’ai donc organisé ce volume 1 de mon HDR, en trois parties, distinguant :

1)      Mon positionnement scientifique, en explicitant mon approche épistémologique de la géographie d’une part, et mon objet de recherche d’autre part, consacré au tourisme et aux loisirs. J’ai expliqué ce dernier en précisant successivement l’apport de la géographie à l’étude du tourisme et des loisirs ; et l’apport de l’étude du tourisme et des loisirs à la géographie.

2)      En seconde partie, j’ai présenté mon projet scientifique, consacré à l’étude du tourisme et des loisirs, comme vecteurs de co-construction du monde par processus d’interculturation, de l’évolution des pratiques aux enjeux de développement durable. Je l’ai précisé en explicitant ses deux principaux axes, poursuivant mes travaux, à savoir : Le tourisme et les loisirs en Indonésie : des agents de co-construction socio-spatiale par interculturation ; et la réinvention par interculturation du rapport au cheval dans la société mondialisée du tourisme et des loisirs. J’ai présenté les concepts et objets, en montrant en quoi ils peuvent apporter des innovations dans la compréhension de la diffusion du tourisme et des loisirs dans le monde, au travers de processus combinant assimilation/différenciation/invention par hybridation. J’ai explicité, par ailleurs, comment ils peuvent aussi, contribuer au développement de la géographie, en l’enrichissant de concepts issus d’autres sciences sociales - tels que l’interculturation -, que la discipline féconde, en retour, de la dimension spatiale peu mobilisée dans les autres disciplines.

3)      Enfin, j’ai consacré la dernière partie de mon HDR à la présentation précise de chaque projet, individuel ou collaboratif, en présentant leurs méthodologies et perspectives. Parce qu’ils s’inscrivent pour beaucoup dans la poursuite de travaux déjà amorcés, j’ai présenté, le cas échéant, leurs premiers résultats.