ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Désertification et dégradation.

Ré-interrogation des concepts à la lumière d’exemples africains


HDR de Nuscia TAIBI (ESO Angers) soutenue en 2015 à l'Université d'Angers - Maison de la Recherche Germaine Tillion
Direction :
  • Aziz BALLOUCHE, Université d'Angers

Composition du jury :
  • Ballouche A. (Garant),
  • Cohen M. (rapporteur),
  • Ozer P. (rapporteur),
  • Puyo J-Y. (rapporteur),
  • Charlery de la Masselière B. (président),
  • Djellouli Y. (examinateur)


La littérature grise et scientifique sur les dynamiques d’évolution des milieux et paysages en Afrique de l’ouest et du nord, est riche de descriptions catastrophistes depuis le 19e siècle. Les dynamiques d’évolution y sont fréquemment qualifiées de dégradation voire désertification. Sans nier la réalité des processus de dégradation des formations végétales et des sols, et tomber dans l’écolo-scepticisme, on peut s’interroger sur l’application assez systématique de ces notions de dégradation et de désertification à tous les évènements mutatifs dans ces régions. En réinterrogeant ces notions et les travaux qui les analysent, il apparait qu’ils se fondent extrêmement fréquemment sur des présupposés et représentations plus ou moins erronées de la « réalité » que ce travail analyse ici, en s’appuyant sur des travaux menés ces dernières années sur différents sites au nord et au sud du Sahara, en Algérie, au Maroc, en Mauritanie, au Mali et au Sénégal. En remettant en question les représentations trop catastrophistes des processus en cours dans ces différentes régions, et les fondements inappropriés de leur appréhension, il s’agit de les remettre en lumière tout en changeant le regard porté sur eux, et participer ainsi à repenser les programmes dits de restauration et protection des milieux et écosystèmes, qui, par leurs pratiques simplificatrices, participent à accroitre à terme la vulnérabilité des systèmes socio-écologiques qu’ils veulent soutenir.