ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Le paysagisme contemporain : méta-métier ou écosystème professionnel identifié ?


Thèse de Natalia Carmen ESCAR OTIN (ESO Angers)
Direction :
Financement :
  • Ministère de la transition écologique et solidaire


Cette thèse a pour objectif de questionner les (re)positionnement(s) des paysagistes vis-à-vis des architectes et des urbanistes face aux évolutions des métiers de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre et aux enjeux de l’aménagement urbain actuels.

Depuis plusieurs décennies, nous assistons à une évolution et une diversification des modes d’exercices des professionnels de la conception urbaine : architectes (Chadoin, 2007), paysagistes (Donadieu, 2009), urbanistes (Knobloch, 2010). Tous considérés au départ comme des généralistes contribuant « à la fabrication des cadres de vie qualifiés, pour satisfaire la demande sociale supposée, publique et privée » (Donadieu, 2009, p. 155), ils connaissent aujourd’hui une « crise partielle des modèles de division du travail et des responsabilités » (Piron, 2000, p. 11). Cette crise s’exprime en partie à travers une spécialisation professionnelle et une fragmentation des fonctions : étendant leurs activités entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, ces trois groupes professionnels peuvent tous prétendre intervenir sur la production urbaine en tant que gestionnaires, médiateurs, concepteurs, planificateurs, entrepreneurs, animateurs... Ils sont de ce fait souvent amenés à entretenir des rapports complexes et non symétriques (Estienne, 2013).

À ce premier constat s’ajoute la multiplication des acteurs intervenant dans les processus de projet (Tribout, 2015), exigée de plus en plus par la maîtrise d’ouvrage, ainsi que la nécessité pour les concepteurs de l’espace d’acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire liés aux questions environnementales et à la démocratie participative (Montembault et al., 2015). Les limites entre démarches et terrains d’action des architectes, des paysagistes et des urbanistes, semblent au regard de ces évolutions des métiers en partie s’estomper : par exemple, les paysagistes pénètrent de plus en plus « le monde de l’urbanisme et de l’architecture (Blanchon-Caillot, 2007), fait accéléré avec la « diffusion des valeurs de ville durable et de sa densification » (Donadieu, 2009) ; alors que les architectes dépassent de plus en plus les seules missions de maîtrise d’œuvre pour aller vers la maîtrise d’ouvrage, les politiques patrimoniales ou encore la planification urbaine (Évette, 2012).

Selon F. Champy (2011), il y aurait aujourd’hui un risque de « déprofessionalisation » des architectes et une incapacité pour eux à préciser la nature de leurs compétences face à la concurrence des autres métiers. Qu’en est-il des paysagistes ? Comment font-ils aujourd’hui valoir leurs compétences, leurs valeurs, vis-à-vis des autres métiers de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre ? Comment se positionnent-ils par rapport à ces autres groupes professionnels, et comment sont-ils perçus par ces derniers ? Tendons-nous aujourd’hui vers une hybridation (Davodeau et al., 2013), une métadiscipline de la conception urbaine via des modes d’actions ou des enjeux d’aménagement communs (participation, nature en ville, transition énergétique, bien-être, ambiances, etc.) et un terrain d’action commun, l’urbain, ou au contraire, vers une spécialisation des groupes professionnels ?

Pour répondre à ces questionnements, il s’agira de se concentrer pour ces trois groupes sur deux champs de missions qui semblent plus particulièrement les rassembler : l’analyse prospective et territoriale, et la conception urbaine. Dans cette perspective, la manière dont les paysagistes se positionnent vis-à-vis des deux autres groupes professionnels que sont les architectes et les urbanistes sera étudiée à travers :

- leurs formations et référentiels de compétences ;

- leurs pratiques du projet ;

- leurs cultures ou « habitus » professionnels 

- leurs modalités de relations

- et enfin, leurs modes d’exister institutionnellement (ordres, fédérations, certifications, associations, etc.)