ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Les processus de territorialisation à l'oeuvre dans les politiques locales de santé.

L'exemple de Paris


Thèse de Béatrice GEORGELIN (ESO Angers)
Direction :
Financement :
  • Allocation Ministérielle


À quels enjeux territoriaux sont confrontés les acteurs publics locaux porteurs de politiques de santé dans les champs de l’accès à la santé, de la prévention et de la promotion de la santé dans des territoires urbains denses, où les ressources et l’offre sont relativement importantes ? 

En prenant pour cas Paris, on observe que ces acteurs s’engagent dans de multiples processus de territorialisation de l’action publique, cherchant tous à mieux coordonner pour mieux la structurer l’offre médico-sociale, dans un contexte de fortes évolutions de l’offre sanitaire et de pressions budgétaires croissantes en raison de la baisse des financements publics. Mobiliser une grille de lecture géographique de ces processus permet de mieux comprendre les reconfigurations de l’offre locale de santé dans la capitale, ville-centre d’un système métropolitain, très densément peuplée, cosmopolite et marquée par d’importantes inégalités.

Cette thèse s’appuie sur une observation participante menée dans différentes démarches de « démocratie sanitaire » initiées par la Mairie de Paris en 2015 et 2016 (États Généraux de la Protection Maternelle et Infantile, Assises parisiennes de la Santé), et sur un travail d’enquête par entretiens auprès des acteurs publics du champ de la prévention et de la promotion de la santé et de l’accompagnement vers la santé : Ville et Département de Paris, élus et professionnels, Agence Régionale de santé, partenaires institutionnels, acteurs associatifs, ... Elle cherche à proposer une analyse dynamique et multiscalaire du système d’acteurs parisien, en étudiant les territorialités de ces acteurs (inscription spatiale, ressources, problématiques et stratégies, référentiel d’action, représentations,  réseaux … ).

Le fonctionnement politico-administratif très spécifique de la collectivité parisienne, ainsi que le pouvoir décisionnel et les leviers d’action importants dont dispose la Mairie de Paris pour mener une politique de santé, pour le volet médico-social notamment, aboutissent à un cadre de gouvernance locale de l’action publique en santé atypique par rapport à d’autres territoires en France.

Dans ce cadre, sont à interroger :

- l’articulation des différentes formes et processus de territorialisation des politiques portées par la Ville de Paris, d’abord, entre les différents champs d’intervention de la Ville de Paris, mais également avec les politiques menées par ses partenaires institutionnels et avec les constructions locales de santé remontant d’acteurs professionnels et associatifs des secteurs sanitaire, médico-social et social, en montrant les effets de pouvoir et les effets d’échelles propres à Paris. 

- les effets du contexte urbain, en montrant sous quelles modalités il est pris en compte dans la définition des politiques des acteurs publics et des stratégies d’intervention des acteurs de terrain, et la place que prend la problématique des  lieux où mener une action en santé.

- le rôle du politique dans la définition des enjeux de santé portés localement, tant au niveau des élus, qu’il s’agisse de l’exécutif parisien, des élus siégeant au Conseil de Paris et de ceux des mairies d’arrondissement, qu’au niveau des démarches d’action publique faisant appel à la participation des professionnels et des usagers résultant de commandes politiques, en en questionnant le sens et la portée.