ACCÈS AU SITE DE L'UMR

De la coproduction à la cogestion : quels outils de médiation assurent la pérennité de la démarche participative d'aménagement


Thèse de Yosra HADJ AYED (ESO Angers)
Direction :


Un projet d’aménagement, dans sa plus simple définition, est conduit par un binôme d’acteurs : le commanditaire, maitre d’ouvrage et l’aménageur, maitre d’œuvre. Pendant longtemps et même aujourd’hui, ce schéma de mise en place d’un projet d’aménagement parait complet et les deux acteurs complémentaires. Le maitre d’ouvrage, gestionnaire de l’espace à aménager, exprime ses objectifs et ses éléments de programme à inclure dans l’aménagement et le maitre d’œuvre, détenteur des moyens techniques et méthodologiques lui permettant de concevoir un projet d’aménagement qui soit le plus à même de répondre aux besoins du maitre d’ouvrage.

Ce schéma de montage d’un projet d’aménagement s’avère être optimal quand le maitre d’ouvrage est aussi le principal usager du site et de l’aménagement programmé. En effet, il est tout à fait naturel de dire que tout projet est destiné à ses usagers, ceux qui vont exploiter l’aménagement produit et ses équipements. Cette constatation nous ramène au fait que le maitre d’ouvrage, gestionnaire de l’espace, n’est pas souvent son principal usager surtout lorsqu’on parle de projets d’aménagements publics. En effet, dans le cadre de ses opérations d'aménagements classiques, on a vu naitre des situations conflictuelles entre la maitrise d'ouvrage et les utilisateurs du projet réalisé que l'on nommera "maitrise d'usage" et qui trouve que l'aménagement entrepris ne répond pas à ses besoins. Ainsi, dans une perspective de régulation de ces conflits, il était important de savoir déterminer les besoins et les exigences de cette maitrise d'usage en les impliquant dans le processus décisionnaire d'aménagement.

Une nouvelle démarche d'aménagement a répondu à ses enjeux en introduisant un nouvel acteur, les habitants, maitres d’usage. L’introduction de ce nouvel acteur implique certains changements dans la méthodologie classique adoptée pour les projets d’aménagement. En effet, il est à noter que le binôme traditionnel, maitre d’ouvrage maitre d’œuvre, a acquis suffisamment d’expérience à travers les années pour développer une méthodologie de travail commune adoptant des outils de conception et d’organisation accessibles et compréhensibles par les deux acteurs.

Le troisième acteur, la maitrise d’usage, est incarné par les habitants. Leur intérêt dans la participation aux projets d’aménagement est né d’une volonté citoyenne générale de transparence et d’implication dans les processus décisionnaires qui concernent leur cadre de vie et son évolution. Dans le cadre des projets d’aménagement, les habitants représentent un acteur primordial de la démarche de réflexion et de conception du projet puisqu’il en est la cible car il en sera l’utilisateur. C’est d’ailleurs pour cela que naturellement, il sera le plus à même de déterminer le programme d’aménagement envisagé et qui réponde à ses besoins. L’apport des habitants réside dans leur expertise du quotidien, ils possèdent la connaissance et l’expérience de la pratique et du vécu de l’espace à aménager. Cette expertise est très rarement détenue par les deux autres acteurs de l’aménagement qui n’ont pas la même perception de l’espace que les maitres d’usage. Ces derniers, bien que placés en tant qu’un seul acteur, reflètent une réelle diversité ; une diversité d’âges, de profession, de niveaux d’études, de niveaux culturels, etc.

Ainsi, une nouvelle organisation du programme d’aménagement se met en place et de nouveaux outils doivent permettre aux habitants d’intégrer le dialogue. L’intégration des habitants dans le processus d’aménagement se fait généralement par l’intermédiaire d’un médiateur qui, dans la plupart des cas, est incarné par le maitre d’œuvre. On pourrait se demander pourquoi le maitre d’œuvre serait le médiateur ? En tant que paysagiste, une des étapes fondamentales de tout projet d’aménagement est l’analyse qui se rapporte globalement à l’étude de l’espace à aménager et ses environs mais aussi à étudier la pratique du site par ses utilisateurs. Ce repérage permet de mieux comprendre la relation que possèdent les habitants avec leur espace actuel et de dégager ses potentialités. Par conséquent, le maitre d’œuvre, en particulier paysagiste, de par sa pratique de son métier, est l’acteur qui est à la fois en contact avec le commanditaire mais aussi les usagers. Seulement, la médiation dans un projet d’aménagement nécessite, au-delà de l'intervention d'un tiers médiateur, l'association des différents acteurs du territoire dans le but de programmer, concevoir et gérer communément leur cadre de vie.

Personnellement, j'ai eu l'occasion, dans le cadre de mon stage de Master 2 Paysages Urbains : stratégies et médiation, d'expérimenter la mise en place d'un processus de médiation autour du projet d'aménagement participatif du cœur de bourg d'Amfreville (Calvados). L'adoption de cette démarche de la part de la commune vient du fait que la communication entre la Mairie (maitre d’ouvrage) et les habitants (maitre d’usage) était pratiquement absente surtout quand il s’agissait d’attirer les habitants à participer au projet d’aménagement. Une des réponses les plus évoquées par les habitants concernant leur manque d’intérêt pour ce type d’initiative, hormis leur réticence vis-à-vis de l’aspect formel des réunions et des rencontres, était qu’une boite à idées et des réunions de concertation ou de discussion restaient toujours du domaine du théorique et ne passaient pas au volet effectif et pratique.

Dans le cadre de cette mission, la médiation paysagère mise en place fut une réussite. En effet, grâce à l'enthousiasme des enfants, principal moteur de la démarche participative,  et aux activités organisées autour du projet d'aménagement, on a pu attirer les parents et les habitants initialement réticents. La communication entre les différents acteurs a été rétablie et on a pu aboutir à l'élaboration commune d'un plan d'aménagement. Tenant compte des échecs préalables de la Mairie, on peut constater l'importance de la médiation dans la mise en relation et l'association des acteurs autour du projet. Il est aussi important de prendre en compte le profil du médiateur-paysagiste qui possède non seulement les compétences techniques du maitre d'œuvre mais qui doit aussi avoir, entre autres, les qualités sociales et relationnelles qui lui permettent d'assurer son rôle de médiateur.

La dynamique de la médiation s'est aussi essoufflée à l'achèvement de ma mission de stage. En effet, malgré l'élaboration d'un plan d'aménagement commun et la mise en place d'un programme prévisionnel d'aménagement participatif, les quelques aménagements prévus actuellement ne font pas partie du programme précédemment défini en collaboration . De plus, les réunions devant s'organiser avec les habitants dans la perspective de la réalisation du projet n'ont toujours pas été mises en place. Partant de ce constat, peut-on dire que la médiation dans le cadre de ce projet est réussie?