ACCÈS AU SITE DE L'UMR

La convention Européenne du Paysage

Comparaison France / Allemagne


Thèse de Louise LECONTE (ESO Angers)
Direction :
Financement :
  • Contrat doctoral


Le sujet de la thèse est la Convention Européenne du Paysage (CEP) et son influence sur l’action paysagère en France et en Allemagne, dans une approche comparative. Le texte de la CEP émane du Conseil de l’Europe et a été ouvert en 2000 à la signature par les Etats membres. C’est le premier traité international consacré exclusivement à la question du paysage. Elle propose une définition du paysage comme le cadre de vie des populations européennes et comme facteur important de leur qualité de vie. Elle prône également la prise en compte de leurs aspirations dans la définition des objectifs des politiques paysagères.

En France comme en Allemagne, cette nouvelle approche de la politique paysagère européenne est accueillie, dans une partie du monde professionnel, académique et politique, comme une opportunité de renouveler ou du moins de renforcer les bases de l’action paysagère, en particulier à l’échelle du territoire. Cependant, une différence centrale persiste : si la France a signé la convention l’année de son ouverture à la signature, l’Allemagne fait partie des 7 pays non signataires de la convention. Après avoir analysé ce qui, dans la tradition paysagère en France et en Allemagne, explique cette divergence de positionnement, l’analyse de projets de paysage mis en place dans chacun de ces pays (un en France : le plan de paysage de Blois-Agglopolys et un en Allemagne : Le Masterplan Grün de la région Bonn-Köln) servira une description plus fine de l’action paysagère à l’échelle locale.

Le paysage est mobilisé au sein de cette recherche comme le reflet d’une certaine relation société-nature. Cette relation, et en particulier la place de la société au sein de celle-ci sert de filtre à l’analyse des discours sur le paysage. Ces derniers émanent d’entretiens avec différents acteurs des projets, ainsi que de l’analyse des documents produits. Une analyse du processus de projet est aussi menée afin d’identifier les modalités offertes à la participation des acteurs et de la société civile.