ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Dynamique, enjeux et valorisation de paysages littoraux patrimonialisés pour leurs caractères naturels.

En quoi l’approche par la géohistoire des sites et de leur aménagement peut-elle nourrir la démarche prospective (XVIIe-XXIe) ?


Thèse de Léa PALY (ESO Angers)
Direction :


Contexte :

Les espaces littoraux actuels sont des espaces résultant de dynamiques sociétales et environnementales diverses, et particulièrement sensibles aux changements à venir (pression touristique et urbaine, dérèglements climatiques…). De nombreuses questions se sont posées sur les trajectoires passées et futures de ces espaces, associant chercheurs et acteurs de l’aménagement du territoire, traduites dans divers programmes de recherche.

Préserver des espaces littoraux considérés actuellement comme des espaces naturels à protéger mais résultant très souvent d’aménagements historiques (digues, assèchements et poldérisation, système d’évacuations des eaux) nécessite de mieux prendre en compte leur fonctionnement à des échelles plus large (du site au territoire) et d’analyser finement leur évolution et les causes de cette évolution. Pour ce faire, aménageurs et chercheurs comprennent aujourd’hui l’intérêt d’employer les sources historiques et notamment la cartographie ancienne qui offrent des éclairages nouveaux sur des thématiques actuelles.

 

Objectifs de la thèse :

Dans ce contexte général, le doctorat vise à répondre à 3 objectifs principaux :

- Caractériser la dynamique, les enjeux et les formes de valorisation de paysages littoraux patrimonialisés pour leurs caractères naturels.

- Montrer en quoi l'approche par la géohistoire des sites et de leur aménagement (XVIIe-XXIe) peut nourrir la démarche prospective.

- Apporter des réponses aux enjeux des territoires par le biais d'une collaboration avec les acteurs et gestionnaires de ces espaces (Agence de l'eau, conservatoire du littoral, SAGE et CLE, collectivités territoriales…).

L'espace étudié en régions Bretagne et Pays de le Loire présente une grande diversité de formes d'usages et d'aménagements, avec une diversité morphologique (anses à marais maritime, côte rocheuse, lagunes, polders) et une diversité de reconnaissances actuelles de leur caractère naturel (Natura 2000, ENS, propriétés du Conservatoire du littoral). Le travail commencé sur l’unité " Concarneau/Loctudy" (29) » dans le cadre de la pédagogie et du stage sera approfondi et complété par deux unités contrastées en région Pays de la Loire. Historiquement, les usages y ont généré quantité d'activités et d'aménagements de diverses générations à plus ou moins forte incidence sur les formes, les milieux et les dynamiques.

Le choix définitif des sites sera fait en concertation entre comité scientifique et comité d’acteurs, avec la possibilité d’ajouter un site à l’étranger.

Le travail de doctorat apportera un appui à la gestion intégrée des bassins versants littoraux en fournissant des analyses des trajectoires paysagères support des orientations programmatiques territoriales. Sa finalité est la construction d'un outil d'aide à la décision permettant d'améliorer la résilience de ce type de territoire et en particulier de réduire les conséquences des évènements climatiques extrêmes dans un cadre de gestion raisonnée de l'espace côtier et de ses ressources. Le comité d’acteurs constitué au minimum de l’AELB, du Conservatoire du Littoral et des acteurs des territoires étudiés permettra la co-construction des propositions.

En se basant sur une démarche géo-historique ciblée sur des sites pilotes de ces espaces côtiers contrastés on cherchera à répondre à 2 hypothèses.

Hypothèse 1 : La prise de recul temporel permet d'identifier des rythmes d'évolution (crise, catastrophe, équilibre dynamique).

Hypothèse 2 : Par sa capacité à caractériser les formes locales de résilience, elle peut être utilisée comme outil d'aide à la gestion durable des territoires.