ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Les dynamiques des hydrosystèmes secondaires ligériens

Approche géographique du paysage de deux affluents de la Loire (l’Aubance et le Couasnon)


Thèse de Guillaume PAYSANT (ESO Angers)
Direction :
Financement :
  • CPER (Région des Pays de la Loire / DGER MAAF)


Les rivières sont l’objet d’enjeux multiples, qui gravitent autour de plusieurs thématiques : la qualité et la quantité d’eau, la production d’énergie, les continuités écologiques et la biodiversité, les activités récréatives, le cadre de vie… Ces enjeux ont évolué au fil des siècles et années, engendrant des modes de gestion et d’aménagements différents voire contradictoires, qui questionnent les politiques publiques.

Les hydrosystèmes secondaires restent peu étudiés, quand bien même ils se positionnent comme « paysages ordinaires », couvrant de vastes espaces. Le projet de recherche a pour objectif de caractériser les interactions entre les facteurs naturels et anthropiques intervenants dans la dynamique de deux bassins versants, l’Aubance et le Couasnon, en contexte ligérien. Les analyses portent sur la dynamique des cours d’eau (notamment la morphologie), ainsi que sur les paysages à l’échelle de l’hydrosystème. Pour cela, les approches mobilisées sont autant qualitatives que quantitatives, l’enjeu étant de comprendre les trajectoires des bassins versants en les reliant aux différents facteurs préalablement identifiés (d’origine naturelle, économique, sociale). Les méthodes mobilisées sont diverses : travail d’archive, étude cartographique, analyse spatiale, enquêtes auprès des acteurs et riverains, relevés de terrain…

Une approche comparative est privilégiée pour conduire cette étude, en prenant le cas de deux bassins versants qui diffèrent de par leurs caractéristiques géomorphologiques ainsi que les usages qu’ils génèrent. Le projet a pour ambition d’aboutir à une analyse géohistorique des trajectoires des deux bassins versants (depuis la seconde moitié du XXe siècle) qui servirait à alimenter une démarche prospective conduite avec les acteurs. Cela dans le but de renforcer la connaissance des dynamiques des hydrosystèmes secondaires (et leurs liens avec les modes de gestion) et contribuer à la planification de la gestion de ces territoires.