ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Tourisme, développement durable et santé au Sénégal : Saly Portudal et la Petite Côte


Thèse de Mohamadou SAMB (ESO Angers)
Direction :

Composition du jury :


    Le développement du tourisme et la forte croissance démographique qu'a connu le monde durant les dernières décennies ont occasionné la transformation plus ou moins nette de l’offre touristique obligeant certaines destinations à chercher comment s’adapter aux besoins d'une clientèle très différenciée. C’est dans ce contexte que la relation entre le tourisme et le développement durable d’une part et la santé d’autre part a intéressée des chercheurs qui ont abordé certaines  approches dans leurs travaux. En effet, les secteurs du tourisme, du développement durable et de la santé partagent une longue histoire commune. Il est bien connu que le tourisme est né d’un rapport avec la santé des personnes (Perreault, 2005). Le tourisme, à ses origines, se justifiait par les bienfaits qu’il avait sur les individus qui fréquentaient des villes d’eaux pour des activités de thermalisme  (Kissira, 2005).

    Par contre, compte tenu des problèmes liés au développement du tourisme de masse et ses effets sur l’environnement d’une part et d’autre part ses effets sur la société, les pratiques actuelles du tourisme de masse sont fortement remises en question et d’autres formes de tourisme telles que l’écotourisme, le tourisme vert, sont promus. Ainsi, le développement touristique dans les nouvelles destinations du Tiers-monde n’attire pas que des capitaux financiers car le tourisme est aussi souvent à l’origine de crises sociales qui peuvent se représenter en termes de risques : dépravation des mœurs, oisiveté de la jeunesse, crises politiques, culturelles, sociales et sanitaires, dues aux conflits d’intérêt, à la dégradation de l’environnement, aux pollutions diverses, spoliations foncières, etc. (Cecil Rajendra, 1983).

    L'émergence de ce tourisme alternatif se fait parallèlement à l'essor du commerce équitable, du développement durable avec une prise de conscience des externalités négatives du développement du tourisme de masse sur la population (Bagri et al 2009). C’est ainsi que "Sans surprise, de nombreuses destinations ont été pris au dépourvu afin de faire face aux impacts négatifs du tourisme sur les ressources naturelles, la société, et les ressources culturelles " (Sirakaya, Jamal, et Choi 2000, p. 411). Le présent projet de thèse s’inscrit donc dans la prise en compte des préoccupations du développement durable. Ce dernier se définit comme la volonté de répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations futures à satisfaire les leurs (Rapport Brundtland, 1987).

    Fort de ses cinq cents kilomètres de côtes et de plages sablonneuses, le long de toute la façade occidentale et de ses excellentes conditions climatiques, l’accent est mis sur le développement du tourisme balnéaire avec comme principale destination la Petite Côte et la Basse Casamance. Avec la crise de  la  production  arachidière,  consécutive  aux  sécheresses  des  années  1970,  le  tourisme devient après la pêche un secteur  clé de l'économie nationale et même constitue  aujourd'hui la première source  de  devises du  pays. Afin de favoriser un développement  poussé  des  activités  touristiques,  l'Etat  donne à la Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO)  les compétences  nécessaires  pour  la gestion  intégrale  de  la Petite-Côte touristique  qui devient un titre foncier cédé par l'Etat sous forme de bail emphytéotique.

    Au Sénégal, s’il est vrai que le tourisme constitue l’une des principales activités économiques sources de richesse, force est de reconnaitre que ce secteur connait une baisse de fréquentation (ANSD 2013). De plus on est en droit de se demander si la manne touristique profite à tous. En effet, la santé devrait constituer un indicateur des retombées du développement touristique dans les zones touristiques. On devrait se poser la question de savoir si la santé des populations par l’accès aux soins et l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène sont prises en charges adéquatement. En outre, plusieurs études ont montré que la préservation environnementale et sociale doit être une préoccupation majeure car l’impact du tourisme sur l’environnement physique et sur les sociétés locales est fort.