ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Mise en tourisme du patrimoine domestique de la Médina de Marrakech

Dynamiques et enjeux autour des riad-maisons d’hôtes


Thèse de Abdelaziz BENADDI (ESO Angers) soutenue en 2019 à Université Sultan Moulay Slimane - BENI MELLAL / MAROC le 19 décembre 2019
Direction :

Composition du jury :
  • Said BOUJROUF, Professeur Université Cadi Ayyad, Maroc, Rapporteur,
  • Philippe DUHAMEL, Professeur des Universités Université d’Angers, Directeur de thèse ,
  • Mustapha EL HANNANI, Maître de Conférences Université d’Angers, Co-encadrant,
  • Mouhsine IDALI, Professeur Université Sultan Moulay Slimane, Maroc, Co-directeur de thèse,
  • Redouane MADI, Professeur Université Sultan Moulay Slimane, Maroc, Examinateur,
  • Anna MADOEUF, Professeur des Universités Université de Tours, Rapporteur


Doublement classée en tant que patrimoine mondial de l'humanité par l’UNIESCO, la Médina de Marrakech témoigne d’une dynamique socio-spatiale et touristique importante. Depuis quelques décennies, le développement du tourisme et la patrimonialisation des lieux ont créé un engouement des étrangers pour les maisons traditionnelles dont une bonne partie est convertie en maisons d’hôtes communément appelées Riads. Ce phénomène a généré de nombreuses mutations tant au niveau architectural que socioculturel et économique. Cette tendance qui remonte au début des années 1990 vise à offrir au touriste un hébergement au cœur de l’espace historique de la vieille ville amazigho-arabo-musulmane et un contact direct et permanent avec la population locale et son mode de vie marocain. Ainsi, plusieurs modifications du bâti et de son organisation sont effectuées où des dars, des riads et des palais anciens sont reconstruits suivant une logique de mondialisation définissant de nouvelles fonctionnalités du patrimoine habité réservé, jadis, à des usages domestiques locaux. De plus, la population nouvelle composée de touristes internationaux et d’Occidentaux « cosmopolites » a induit un processus de gentrification et de rénovation du vieux centre urbain impliquant des mutations profondes de l’habitat et de l’habitant. Suivant une démarche hypothético-déductive, cette thèse tente de mieux cerner la relation tourisme-patrimoine dans la Médina de Marrakech et étudier les dynamiques de la transition de ses espaces habités vers des lieux de résidence et de séjour touristique. Nous examinerons comment la conversion des dars et riads en structures d’hébergement touristique crée de nouvelles dynamiques urbaines et change le paysage patrimonial local.