ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Polarisation des structures de soins de la Haute Casamance

Entre construction nationale des systèmes de santé et recours aux soins transfrontalier.


Thèse de Ibrahima DIONE (ESO Angers) soutenue en 2013 à Université d'Angers
Direction :
  • Sébastien FLEURET, Directeur de recherche CNRS, UMR ESO-ANGERS
  • Christian PIHET, Université d'Angers



Le bassin de santé de la Haute Casamance est à cheval sur quatre Etats que sont le Sénégal, la Guinée Bissau, la Guinée et la Gambie au destin lié par un passé de pratique territoriale commune. Toutefois, la construction des Etats au lendemain des indépendances a instauré une coupure de fait en fragmentant cet ensemble territorial par l’établissement de frontières artificielles en déphasage avec la manière dont les populations vivent l’espace à travers une différenciation propre à la typologie naturelle entre zones sahélienne, soudanienne et forestières. Le vécu spatial séculaire des populations toujours valable favorise un éternel recommencement de couture de cet ensemble territorial en faisant fi des frontières modernes. Ainsi des polarités transfrontalières se construisent en arborant un statut de centre gravité autour d’un espace commun entre plusieurs Etats. Le secteur de la santé n’y échappe pas. Des localités comme Kolda au cœur de cet espace transfrontalier attirent des populations d’une origine très diversifiée et non prévues au sein des structures sanitaires. Des dynamiques de recours aux soins se sont mises en place et fortement caractérisées par une mobilité de soins qui façonne un territoire sanitaire original. Celui-ci entretient des flux de population à la recherche de meilleurs soins en relation avec l’accessibilité physique, la qualité des soins proposée en certains endroits, les activités économiques et l’espace vécu. 
Cependant, l’offre de soins ne suit pas cette logique de continuité du fait de l’absence de connexion des systèmes de soins des différents pays. Ainsi, dans cette thèse l’idée générale est d’appréhender, dans une approche sociogéographique, les interactions santé et territoire dans la logique de construction d’un bassin de santé transfrontalier. Elle appelle l’analyse de la superposition, de la complémentarité et de l’antagonisme entre l’espace construit suivant les politiques d’aménagement et l’espace perçu et vécu par les populations autour de la question des dynamiques de recours aux soins, de l’orientation et de la trajectoires des mobilités de soins participant à la construction des paysages sanitaires transfrontaliers en Haute Casamance.



Téléchargement