ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Enjeux publics et privés du réinvestissement des espaces historiques centraux

Une étude comparée de Gênes, Valparaiso et Liverpool


Thèse de Sébastien JACQUOT (ESO Angers) soutenue en 2007 à Université d'Angers
Direction :
  • Maria Gravari-Barbas, Université d'Angers



Gênes, Valparaiso et Liverpool sont trois villes-ports dont les acteurs publics ont choisi comme stratégie de sortie de crise le réinvestissement des espaces historiques centraux, urbains et portuaires, par une politique de patrimonialisation et d’interventions urbaines. A partir d’une approche comparative sont étudiées les régulations urbaines en jeu dans ces transformations, du point de vue des configurations particulières d’acteurs et des modalités de légitimation qui les accompagnent, dont témoignent les modalités d’exercice des événements urbains. Ce réinvestissement urbanistique et patrimonial, par des interventions publiques et privés, modifie également les usages et pratiques, produisant dans les trois cas un phénomène de gentrification, entendu comme phénomène résidentiel mais aussi commercial et touristique. Toutefois ces transformations ne sont pas consensuelles et se traduisent par des conflits sur les principes même de l’aménagement et les usagers des espaces, et en creux redessinent une spatialité de la ville, via la conception du patrimoine mise en avant. En effet, les régulations urbaines mobilisent des modes de légitimation qui reposent sur des conceptions du patrimoine et des espaces urbains, étudiées comme figures de ville, reconstructions visant à donner une caractérisation des imaginaires impliqués dans les transformations urbaines. À une autre échelle s’opère une légitimation par le recours à des modèles internationaux d’aménagement, permettant de définir les multiples échelles de référence des régulations urbaines et des imaginaires mobilisés dans les transformations des espaces historiques centraux.

 



Téléchargement