ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Emigration et pratiques touristiques

Le cas des Maliens de l'Extérieur


Thèse de Bernadette KEITA (ESO Angers) soutenue en 2016 à Université d'Angers 8 décembre 2016
Direction :
Financement :
  • Université de Bamako


L’émigration malienne a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques et d’interrogations politiques. Les sociologues se sont focalisés sur l’étude des modes de vie dans les pays d’accueil, les réseaux de sociabilité (intégration, marginalisation) et de la redéfinition des pratiques culturelles des migrants. Les économistes ont cherché à mesurer l’impact macroéconomique de l’émigration sur le pays d’accueil, en particulier sur les finances publiques et les budgets sociaux. Quant aux analyses politiques, elles ont porté sur l’établissement du profil migratoire à des fins statistiques et pour promouvoir une approche politique cohérente et dynamique de l’émigration. Pour compléter ces perspectives, cette thèse propose d’analyser les liens entretenus par les émigrants maliens avec leur pays d’origine, à travers des pratiques touristiques résultant de leur migration circulaire. L’objet de cette analyse est de montrer que différents motifs, autres que l’agrément, expliquent les voyages des Maliens de l’Extérieur vers le pays d’origine et qu’à ces motifs se greffent généralement des pratiques de loisirs et de tourisme, faisant apparaître l’existence d’un univers de la recréation dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Le travail ici présenté est issu de l’analyse des résultats d’une enquête quantitative et qualitative menée à la fois en France et au Mali, auprès de 610 personnes. Il apparaît alors que ces pratiques sont révélatrices de formes variées de tourisme allant au-delà de la perception occidentale du phénomène.