ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Pratiques et moments touristiques des Tunisiens et des Maghrébins dans la métropole Tunis


Thèse de Wadie OTHMANI (ESO Angers) soutenue en 2018 à UFR Esthua 20 décembre 2018
Direction :

Composition du jury :
  • Nathalie CARCAUD, Professeur Agrocampus OUEST Angers, Examinateur,
  • Najem DHAHER, MCF HDR Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis, Tunisie, Rapporteur,
  • Sébastien FLEURET, Directeur de Recherche CNRS, Université d'Angers, Examinateur,
  • Hichem REJEB, Professeur Institut Supérieur Agronomique de Chott Mariem, Co-directeur de thèse,
  • Lamjed TOUMI, Professeur Institut Sylvo-Pastoral, Tunisie, Rapporteur,
  • Philippe VIOLIER, Professeur des Universités, Université d'Angers, Directeur de thèse


 Le tourisme contribue à hauteur de plus de 15 % dans le PIB national tunisien (WTTC, 2017 : p 1). Ce secteur, depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix, a toujours été un des plus importants moteurs de l’économie du pays. Depuis le début des années deux mille, le modèle, basé sur la commercialisation des produits classiques [4 S : sea, sun, sand (plage), sand (désert)] à une clientèle majoritairement occidentale, a atteint la saturation. Au cours de cette période, la chute a commencé à se sentir jusqu’à atteindre une situation critique aggravée par les événements terroristes qu’a subi le pays en 2015. Pour faire face à cette situation, les acteurs du secteur sont allés épuiser dans leur réserve stratégique qui n’était rien d’autre que le touriste national et le touriste maghrébin, essentiellement les Algériens et les Libyens : voisins immédiats de la Tunisie. Actuellement, ces touristes représentent les nationalités les plus présentes en Tunisie post-révolution.

Cette thèse de doctorat a examiné le sujet via le recours à des analyses des documents statistiques officiels, des entretiens auprès des différents acteurs qui agissent sur le secteur touristique tunisien, des observations ciblant plusieurs hauts lieux touristiques dans la métropole Tunis et une enquête statistique. La population touristique ciblée est riche et variée puisqu’elle concerne les Tunisiens (touristes nationaux), les Algériens, les Libyens, les Marocains, les Mauritaniens et la diaspora maghrébine qui émane essentiellement des pays en dehors du territoire du Grand Maghreb, majoritairement de l’Occident.

De ce fait, nous avons commencé par réfuter la thèse adoptée par des chercheurs occidentaux prétendant que l’accès au tourisme pour les sociétés en voie de développement est un phénomène récent. Par la suite, nous avons présenté comment ces touristes maghrébins consomment l’espace du Grand Tunis et dans quels lieux ils se concentrent. La thèse a permis également de dresser des profils des touristes maghrébins. Ce profilage se base sur l’âge, le sexe, la catégorie socioprofessionnelle et sur le pays de provenance du touriste. Dans d’autres termes, cette analyse répond aux besoins d’une population touristique nationale et maghrébine actuelle, mais aussi elle se considère comme une étude stratégique pour la population touristique du futur : les jeunes qui seront adultes et les adultes qui seront plus âgés.

 

Mots-clés : Tourisme intérieur, Tourisme régional, pratiques spatiales, lieux touristiques, aménagements, économie touristique, géographie urbaine, Tunis, Algérie, Lybie, Maroc, Diaspora, Maghreb