ACCÈS AU SITE DE L'UMR

ANR-AUTOMED

Automédication choisie ou subie


Financement :
  • ANR

Partenaires :
  • Le Centre Nantais de Sociologie (CENS, EA 3260) :
  • Espace et Société – site d’Angers (UMR 6590) :
  • Le département de médecine générale (DMG) de la faculté de médecine de l’Université de Nantes :

Sur la période 2013-2016

Dans un contexte de réduction des dépenses de santé et de réforme de l’offre de soins, l’année 2008 en France a marqué un tournant en matière d’automédication puisque, à l’instar du Royaume Uni en 2000, le gouvernement français a invité les patients à prendre en charge leur santé pour « des situations bénignes » en favorisant le libre accès en pharmacie de certains médicaments disponibles sans ordonnance. La promotion de l’automédication, dans une logique seulement comptable, risque cependant de favoriser une utilisation problématique des médicaments, en l’absence d’information indépendante et fiable en direction des patients. L’automédication et le libre accès constituent ainsi des enjeux très actuels de responsabilité et d’éducation du patient et pourraient constituer aussi un bon révélateur des inégalités d’accès aux soins. Dans le cadre de l’appel à projets déterminants sociaux de la santé, ce projet propose l’analyse des déterminants socio-économiques, sociaux, territoriaux, et pathologiques du recours à l’automédication. Ce projet mobilise conjointement des chercheurs et des médecins exerçant en médecine générale et des chercheurs sociologues et de géographie sociale. Cette recherche est non seulement pluridisciplinaire, mais aussi intégrée, permettant, par la construction commune d’outils et de dispositifs de recherche, de croiser des données explicatives multiples à propos de mêmes populations. Le cadrage théorique de cette question, qui est marquée structurellement, voire stratégiquement, par la notion d’autonomie du patient, renvoie à l’analyse proposée par Robert Castel entre un individualisme négatif, dans lequel l’autonomie est un fardeau pour celui qui n’a pas de ressources et de supports sociaux suffisants, mais vécue comme une liberté pour celui qui bénéficie des sécurités sociales d’une affiliation sociale.



Contacts :
sebastien.fleuret @ univ-angers.fr