ACCÈS AU SITE DE L'UMR

PRIC

Evaluation qualitative du Prepa-Rebond Parcours Ingré . Pacte régional d'investissement dans les compétences Pays de La loire


Financement :
  • Ministère du travail

Partenaires :
  • GERS :
  • Nantes Université :
  • Céreq :

Sur la période du 14/02/2020 au 13/09/2022

 

Ce programme consiste en une évaluation qualitative d’un dispositif de politique d’emploi en expérimentation mis en place par la Région Pays de la Loire dans le cadre du PRIC (Pacte régional d'investissement dans les compétences). Ce dispositif est le Prépa Rebond Dispositif Intégré. Il consiste en une action « tout en un » permettant d’organiser sur un territoire un accompagnement individualisé qui puisse répondre aux différents besoins en matière de montée en compétences et d’entrée en formation professionnelle : remise à niveau, construction de projet, pré-qualification, qualification. Expérimenté sur plusieurs territoires de la Région, il s’adresse à des personnes dites « éloignées de l’emploi », c’est-à-dire des actifs privés d’emploi âgés d’au moins 16 ans, pas ou peu qualifiés (au plus niveau IV non validé) et cumulant des difficultés sociales et de savoirs de base. Ces personnes sont aussi considérées comme « éloignées de la formation » aussi bien du point de vue de leur parcours scolaire et professionnel que géographiquement. Aussi le dispositif a comme spécificité de se déployer uniquement dans des zones rurales.

Cette évaluation qualitative commandée par le Ministère du travail (DARES) cherche à rendre compte à la fois de la construction et du fonctionnement du dispositif et en même temps de la compréhension des logiques d’action, aussi bien des opérateurs de formation que des bénéficiaires. Pour ces derniers, les apports du dispositif intégré s’inscrivent dans un parcours, constitué souvent de ruptures, avec l’école, l’emploi ou encore une formation précédente. Un des enjeux de l’évaluation est de comprendre comment ces parcours et ces points de rupture se sont construits, dans quels contextes, et comment le dispositif intégré fournit des clés pour assurer un parcours de long terme vers la qualification et l’emploi. En effet le dispositif propose des durées de formation qui sont évaluées à 8 mois en moyenne mais peuvent aller jusqu'à 18 mois", et donc relativement longues par rapport à ce qui se pratique habituellement dans les parcours classiques ainsi que une rémunération attractive (800 et 850 euros par mois). Comment cette durée et cette rémunération sont-elles ressenties par les stagiaires ? Pour tenter de lever les « freins à l’emploi » comme les problèmes de mobilité notamment, le dispositif prévoit un accompagnement social en son sein. Quels effets celui-ci produit-il sur les parcours et permet-il de soutenir la promesse d’un parcours « sans couture et sans rupture » vers la formation notamment qualifiante ? Si on considère qu’une des principales attentes des personnes est l’emploi, comment perçoivent-ils la formation comme levier d’accès ? Et comment jugent-ils la formation intégrée à cet égard ?

L’évaluation du dispositif porte aussi sur les organismes de formation : comment les orientations générales du dispositif vont se manifester dans les pratiques des formateurs en charge des publics ? Et comment la formation intégrée se traduit en matière de pratiques pédagogiques voulues comme innovantes par les commanditaires ? Et comment les formateurs gèrent-ils des publics potentiellement plus hétérogènes parce qu’ayant des attentes et des besoins différents ? Et en quoi leurs fonctionnements institutionnels et organisationnels peuvent-ils influer les modalités d'accompagnement proposées ?



Contacts :
manuela.roupnel-fuentesherra @ univ-angers.fr