ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Ligne Grande Vitesse Bretagne Pays de la Loire


Financement :
  • SETEC


Sur la période 2019-2020

 

Cette étude s’intègre dans l’observatoire socio-économique de la LGV Bretagne – Pays de la Loire (2014 – 2022) et vise à compléter les analyses précédemment menées qui portaient :

- sur les stratégies d’anticipation de la LGV par les acteurs touristiques (analyses ex ante),

- sur l’impact de la LGV sur la fréquentation touristique (analyses ex post).

Problématisation du sujet : Quels sont les effets de la LGV sur le tourisme et les rencontres d’affaires ? A-t-elle un impact sur la fréquentation ? Les nuitées ? Les études menées sur d’autres terrains montrent la difficulté de généraliser les résultats, il s’agit donc de vérifier ces hypothèses dans le cas rennais. Une seconde interrogation porte sur la structuration des acteurs touristiques publics et privés, notamment, pour ces derniers, les structures d’hébergement. L’arrivée de la LGV a-t-elle permis une augmentation de la capacité hôtelière et une montée en gamme ? Ces analyses doivent par ailleurs sérier les différents types de mobilité (loisirs v/s affaires).

Espace enquêté : Prioritairement Rennes, on peut poser l’hypothèse que les effets seront maximaux pour cette ville puisqu’elle est desservie par la haute vitesse ferroviaire et que par ailleurs, elle ne bénéficie pas aujourd’hui d’une forte image touristique. Secondairement, d’autres villes connectées par le TGV et qui possèdent à la fois une activité liée aux rencontres d’affaires et une forte fréquentation touristique (en premier lieu Saint-Malo).

Champ d’investigation et méthodologie associée :

  1. 1.       Mesurer l’impact de la LGV sur le choix modal des touristes

Il s’agit de compléter les enquêtes réalisées en gare de Rennes et dans différents sites touristiques rennais. L’objectif est de comprendre si l’offre ferroviaire à grande vitesse a un impact sur les choix modaux faits par les touristes. La variable prix sera aussi prise en compte en faisant la distinction entre les trains « InOui » et les « OuiGo ».

Méthodologie : questionnaires avec des questions fermées administrés auprès d’utilisateurs du TGV mais aussi à des touristes utilisant d’autres modes de transport.

  1. 2.       Mesurer l’impact de la LGV sur le choix modal des voyageurs d’affaire

L’objectif est le même que précédemment mais les questionnaires s’adressent à des voyageurs d’affaires ayant utilisé le TGV. On sait que la sensibilité de cette catégorie est plus forte pour les services et le temps de transport, alors que les touristes vont privilégier le prix.

Méthodologie : questionnaires

  1. 3.       Mesurer l’évolution de la fréquentation des lieux événementiels

L’ouverture en janvier 2018 du centre des congrès à Rennes (Couvent des Jacobins) a permis de doter Rennes d’un outil lui permettant de concurrencer les villes à 1h30 de Paris. Quelle est la fréquentation de cet équipement ? Origine géographique des clientèles ?  Quel effet cela a-t-il sur les autres lieux (concurrence, complémentarité ?) ? Comment évoluent les relations entre Rennes et Saint-Malo qui dispose aussi d’un centre des congrès ?

Méthodologie : entretiens avec les gestionnaires des lieux

  1. 4.       Appréhender l’évolution de l’offre en hébergement

En quoi la LGV a participé à l’évolution de l’offre en hébergement rennaise, à la fois d’un point de vue quantitatif mais aussi qualitatif.

Méthodologie : recensement de l’offre hôtelière, entretiens avec les hôteliers

  1. 5.       Analyser

Comment l’offre TGV est-elle intégrée par des sites touristiques majeurs (parcs de loisirs, thalasso…) en Bretagne et en Pays de la Loire.

Méthodologie : analyse de l’offre auprès des opérateurs touristiques concernés et sur leurs sites internet.



Contacts :
veronique.mondou @ univ-angers.fr
helene.pebarthe @ univ-angers.fr